09/03/2013

TM aussi fête la femme

Ok, ok, la journée de la femme c'était hier. LA journée de la femme. Genre, la femme, elle est tellement géniale qu'elle a le droit à UNE journée par an. Logique. Les autres journées, c'est quoi? Les journées de l'homme? Super l'égalité homme-femme que tout le monde revendique.
Bon, TM arrête de faire sa mauvaise langue.
Elle va pas te la faire très longue. Juste t'expliquer brièvement.
Pour la journée de la femme, elle a été contactée par une association "culturelle du Monde Arabe" afin de venir apporter son témoignage de femme musulmane.
Elle a sû ça le jeudi, pour ce samedi. Le temps de cogiter "j'y vais-j'y vais pas", ce qui fait, qu'elle n'a tapé son texte que ce samedi matin, 8h55. Même pas relu.
Puis, elle a sauté dans la voiture de son amie qui intervenait aussi (avec un texte à l'arrache, aussi), et toutes les deux tremblantes (avec PtitLoulou et le Jasmin à l'arrière), elles y sont allées. Si.
En retard. (Quoi, l'habitude tunisienne?)




Puis là, genre, elles sont arrivées dans une salle bondée. TM commençait à faillir. Puis elle a vu le micro là-bas, au fond, et elle s'est dit "oh non cépapossib', demi-tour droite!"
Elle est allée s'installer comme un automate sur la chaise désignée. Et même pas deux minutes plus tard, son amie a pris la parole la première.
Alors qu'elle t'explique, TM. Sa coupine, elle fait des études de droit. Tu vois, tout ces trucs d'avocat, etc... Des gens qui savent parler en public. C'est pas comme TM. TM, elle sait écrire, elle sait défendre son point de vue. TM, elle sait prendre la parole dans un public restreint, pour ses réunions LLL ou MM.
Mais, là, elle se disait : "nan, nan, nan."

Puis, elle a pas réfléchi, quand on lui a passé le micro, elle l'a pris. Et elle a lu son speech préparé à l'arrache le matin.

TM jetait des coups d'oeil à sa feuille, brodait autour de son texte, s'emmêlait les pinceaux, regarder les yeux bleus de cette femme assise dans le coin là-bas, ne se souvient même plus de ce que faisait ses loulous (elle a sû après coup, qu'ils étaient assis sur des genoux de participantes... okéééé, pour te décrire le niveau d'émotion). Rien que t'entends ta voix qui raisonne dans les baffles, tu te dis : "han, mais c'est affreux, ouiiiin et tout le monde entend ça."
Puis TM a remercié tout le monde, et elle a entendu des applaudissements.
Bon.
Après ça, la seule envie, c'est de creuser un trou de souris.
TM n'est pas prête de faire des concerts, tu le comprendras.

Elle ne fait pas plus long. Plusieurs personnes lui ont demandé le texte qu'elle a lu, alors, elle te le copie-colle, et à bon entendeur, bonne journée!!
Bismilleh Errahman Errahim

Salam Alaykom, Bonjour à vous

Tout d'abord je voudrais remercier l'association Kantara pour ce projet.
Je ne sais pas si vous connaissez l'alégorie du « colibri » de Pierre Rabhi. Voici ce qu'il nous en conte :

Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! »
Et le colibri lui répondit : « Je le sais, mais je fais ma part. »


J'aime beaucoup cette histoire qui reflète ma façon de penser depuis très longtemps. Même si je suis seule, je fais ma part, en espérant être suivie et comprise dans ma démarche. Aujourd'hui, Kantara est un colibri d'une envergure plus grande que la mienne, et c'est ce qui permet de faire avancer la compréhension de notre religion mal-connue, et pleines de clichés.
On m'a demandé de venir témoigner sur mon statut de femme musulmane. Je vous raconte brièvement mon parcours.
Je m'appelle Lucille-Salwa, j'ai 28 ans cette année. Je me suis convertie, il y a presque 10 ans après une adolescence mouvementée.
Il faut savoir que je suis une femme (et j'ai été une jeune fille) très instinctive. C'est-à-dire que je n'ai jamais eu du mal à suivre ce que me dictait mon coeur, plutôt que de raisonner sur tout. Plus tard, j'ai découvert ce hadith rapporté par Al-Tirmidhi : « Laisse ce qui provoque en toi le doute, pour ce qui n'est pas douteux. »
J'ai été attiré par l'Islam dans mon coeur, et j'entendais l'entourage qui parlait de cette soumission des musulmanes, de ce voile-prison qu'elles étaient forcées à mettre par leurs maris/leurs pères/leurs frères, etc...
Je me suis convertie par amour pour Dieu. Personne ne m'a rien demandé. Je me suis voilée quelques semaines plus tard. Je ne peux pas expliquer mon geste. Je l'ai dit : j'agis de façon instinctive. Je me suis réveillée un matin, j'ai mis le voile. C'est tout.
Et qu'est-ce que j'ai gagné? Depuis que je suis musulmane, je suis respectée. Je suis vue comme un joyau, comme un diamant par mon mari, par ma belle-famille. Finis les regards en biais, les clins d'oeil sous-entendu, l'image de la « fille facile ». Terminée ma mésestime de moi-même... Sous mon voile, je suis digne, je pose mes pieds dans une direction. Avec l'Islam, en tant que femme, j'ai trouvé mon chemin.
Je suis femme. Je suis épouse. Je suis amante. Je suis mère. Et les soucis que cela engendrent sont déposés quand je pose mon front sur le sol lors de ma prière.
Une femme accumule ses propres soucis de femmes, mais également les charges de son époux, de l'éducation de ses enfants. En étant musulmane, je sais que Dieu est avec moi, et que je ne suis pas seule, qu'Il est là pour me décharger.
Depuis que je suis musulmane, je sais que je ne suis plus seule pour gérer des situations à l'allure ingérable.


Et l'image que l'on donne à l'extérieur, alors?
Car c'est bien là, mon esprit de colibri. Je crois fermement en la capacité de la communauté musulmane à faire avancer les mentalités. Je n'ai pas fait d'études supérieures, car on m'y refusait voilée. Ce n'est pas pour autant que je reste devant ma télé toute la journée à végéter, en attendant de récupérer mes enfants à l'école.
Je reste persuadée que nous, les femmes musulmanes, devons être visibles afin de prouver que nous ne sommes pas aussi diminuées que l'on veut nous faire croire.
Actuellement, en dehors du cercle religieux, je suis animatrice dans une association de soutien à l'allaitement maternel, reconnu « d'utilité public » (La Leche League), et je suis donc en contact, très souvent avec du personnel de santé, qui ne se doute pas forcément que sous mes longs voiles, il y a de la matière grise.


Représenter les musulmanes, c'est agir au nom de toute la communauté, pour diverses causes, que ce soit des médecins, des avocates, des juristes, des enseignantes, des journalistes, etc... C'est montrer que nous sommes là, avec notre mot à dire. Comme au temps du Prophète (SAWS). C'est prouver que, nous aussi, nous sommes capables d'agir.


Barak Allahou fikom.
Rendez-vous sur Hellocoton !

11 commentaires:

  1. Réponses
    1. Salam alaykom ma Natou,

      J'espère que tu vas bien...

      Supprimer
  2. Salut,

    J'aime bien ton texte, je pense qu'il y a pas mal de tes articles de blog qu'il faudrait faire lire aux imbéciles qui pensent que l'Islam, c'est des méchants terroristes qui battent leurs femmes...

    Par contre, je veux juste faire remarquer une chose : vendredi, ce n'était pas la journée de "la femme". C'était la journée internationale des droit DES femmes.
    Je pense que la distinction est importante, et qu'il faut faire attention à ne pas reprendre l'appellation "journée de la femme" qu'on voit un peu partout, à tort.
    Déjà dire "la femme", ça fait un peu "toutes les femmes c'est les mêmes", ben non, on est toutes différentes (et heureusement, sinon le monde il serait fort triste), et ensuite, ce n'est pas une espèce de fête des femmes, mais bien une journée de lutte pour les droits des femmes. Enfin, le "international" est important, selon moi, parce que j'entends encore plein de gens qui s'imaginent que les droits des femmes, ça concerne les autres pays, mais non non non en France y a pas de souci tout va bien (la paille, la poutre, toujours...)
    Par contre, pour le côté "c'est une journée et le reste de l'année, on s'en lave les mains", je te rejoins entièrement ! Je n'aime pas le côté "on fait une journée pour se donner bonne conscience". (après, je suis du genre à en profiter pour en parler, mais à ne pas me gêner pour en parler le reste de l'année^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mea Culpa, tu as parfaitement raison :)

      Supprimer
  3. As salamou alayki!

    Bravo pour ton intervention, j'imagine à quel point ça devait être intimidant de parler devant autant de monde!! Ton discours était bien écrit, je pense que tu n'as pas à rougir de ne pas avoir pu faire des études supérieures comme tu l'aurais souhaité (quelle belle liberté de la femme voilée en France...)

    En fait, tu as deux blogs différents, je ne savais pas... :) Pourquoi deux différents? Quelles sont les particularités de chacun?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salam Alaykom ma chère May,

      Tout d'abord au sujet de mes études, je vivais en Tunisie au moment des faits. Mais sous le régime de BenAli, point de voile dans une fac! C'est génial, pour une république islamique, non?

      Pour mes deux blogs, et bien... Peut-être que je suis un peu schizophrène sur les bords? Lol
      Non, il y a des moments où j'ai envie de traiter un sujet avec humour, d'autres moments où je suis plus sérieuse. Je peux avoir des coups de gueule faits en rigolant, et des révoltes sourdes plus invictives...
      TM c'est aussi plus personnel, je vais entrer dans les détails de ma vie de maman imparfaite. L'autre blog reflète mes idéaux.
      Quand j'ai une idée d'article, je ne choisis quasiment jamais sur quel blog je l'écris : l'idée vient avec le ton de l'article, et l'évidence s'impose à moi...

      Supprimer
    2. wa alayki salam!

      Oui, c'est vrai, j'avais entendu dire qu'en Tunisie aussi c'était pas évident pour le voile... Ca m'avait toujours paru tellement bizarre pour un pays musulman.. Heureusement, ça s'arrange là-bas de ce côté-là, si je ne me trompe pas.

      Merci pour les explications sur les deux blogs, je l'avais un peu ressenti, mais je ne connais pas encore très bien ce blog-ci. :)

      Je vais d'ailleurs y jeter un œil!

      Supprimer
    3. Assalam aleykom

      Tu fais bien de préciser, parce que je voulais justement dire que le voile est autorisé à l'université en France (même si certains profs par exemple essaient de faire croire le contraire aux étudiantes...). Alhamdolillah.
      D'ailleurs, j'ai passé mon master en jilbeb ^^

      Supprimer
  4. Oumou Shemsedine10 mars 2013 à 21:24

    Salam aleykoum,

    MachaAllah magnifique ton texte ma très chère Sœur :) Tu appréhendes le monde avec un point de vue que j'aime beaucoup. MachaAllah Allay y berek.

    RépondreSupprimer
  5. Amiiiin. Contente de te revoir ;-)

    RépondreSupprimer

Tu veux goûter à la harissa, vas-y prend une lichette !!
(Si y a un soucis, informes-en TM par mail!!)
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥MERCIIIII♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Grand PS : POUR SUIVRE LES REPONSES AUX COMMENTAIRES (oui, TM te fait le privilège de te répondre le plus souvent!), tu cliques sur "S'abonner par mail", et c'est bon, tu reçois les réponses dans ta boîte mail :p